Carte blanche

Fermerfermer

 Vous êtes ici :

Plaine Commune

twitter facebook google + addthis envoyer par mail
Imprimer la page

La Trame verte et bleue

La trame verte et bleue révèle les continuités écologiques aquatiques et terrestres permettant aux espèces animales et végétales de se développer et de se déplacer. Une méthode d’étude spécifique a été mise en place sur le territoire de Plaine Commune. Elle croise l’analyse géographique, écologique, paysagère en intégrant la dynamique urbaine.

© E. Le Grand

La vie dans la ville

Les habitants et les usagers de Plaine Commune se sont exprimés à plus de 75 % pour un meilleur équilibre entre minéral et végétal à l’occasion du diagnostic de l’Agenda 21. C’est pourquoi avec l’Agenda 21 Terre d’Avenir, Plaine Commune s’est engagée à maintenir et à développer la biodiversité pour le bien être des habitants et des usagers et l’équilibre écologique. Par ailleurs, elle a affirmé sa responsabilité dans la lutte contre l’érosion de la biodiversité en adoptant au conseil communautaire du 15 décembre 2015, la Trame verte et bleue après deux années d’étude.

Les réflexions menées en parallèle sur l’adaptation du territoire au changement climatique et les modes actifs (plan marche notamment) ont été intégrées. La trame verte et bleue apporte un nouveau regard sur la ville, une nouvelle façon de la concevoir et de la gérer. Une ville soutenable est une ville dense qui doit savoir ménager des espaces à caractère naturel.

De nombreuses compétences mobilisées

C’est un ensemble de compétences qui a été sollicité pour mettre en œuvre cette Trame verte et bleue :

  • l’approche scientifique du Groupement Urban Eco, Marine Linglart, Philippe Clergeau, Magali Paris et Sylvain Morin d’Altern Paysage : sociologues, écologues, paysagistes.
  • l’approche technique et transversale d’un comité réunissant les directions assainissement et eau, mobilité, voirie, parcs et jardins, aménagement, stratégie territoriale et écologie urbaine et des ateliers et visites réunissant un grand nombre d’agents communautaires et communaux,
  • l’approche politique avec l’Atelier des maires adjoints à l’environnement et le Collectif Espaces Publics, comité de pilotage de l’étude,
  • l’approche partagée et par les usages avec le comité des partenaires "Plaine nature" comprenant les villes, les collectivités riveraines et collectifs ou associations du territoire.

Améliorer la biodiversité pour le bien être des habitants

La trame verte et bleue permet d'abord de préserver, de développer et d'améliorer la biodiversité en luttant contre la fragmentation, la perte de surface et la dégradation des espaces à caractère naturel en restaurant un réseau de continuités écologiques favorables aux déplacements des espèces.

En retour, la biodiversité permet d'offrir aux habitants et aux usagers des services vitaux et d'agrément. Ces services « éco systémiques » sont particulièrement importants en milieu urbain pour offrir une qualité de vie aux habitants, pour la régulation environnementale (effet tampon sur les inondations, lutte contre les îlots de chaleur, épuration de l'air par exemple). Ainsi, la trame verte et bleue de Plaine Commune est multifonctionnelle, elle propose un maillage à la fois pour la biodiversité et pour les services et le bien être des habitants.

Un déséquilibre nord - sud

Les résultats montrent que la trame verte et bleue de Plaine Commune est fragmentée mais qu’elle présente un bon potentiel. Elle se constitue de noyaux de biodiversité primaires (plus de 5 ha avec une valeur écologique importante) et secondaires ( de 1 à 5 ha). Elle comporte également une multitude de petits espaces relais formant des trames herbacées ou boisées qui permettent le déplacement des espèces.

Si le sud est marqué par la quasi-absence de continuités écologiques, le Nord du territoire présente de nombreuses trames qui sont autant d’atouts pour le bien être des habitants et l'adaptation au changement climatique.

La trame bleue est encore pour sa part peu lisible. La Seine constitue l’élément majeur de continuité aquatique à l’échelle régionale, tandis que le rôle du Canal St-Denis reste à développer. La Vieille Mer et le RU des Arras constituent quant à eux des potentiels de trame bleue.

Des continuités régionales

A une échelle plus large, les continuités de Plaine Commune sont bien articulées avec les continuités écologiques majeures identifiées par le Schéma Régional de Cohérence Ecologique (SRCE). Celles-ci convergent vers les forêts de L’Île Adam et de Montmorency au nord, et vers les buttes du Parisis au nord-ouest. Les continuités avec les territoires urbains denses voisins sont aussi une réalité, ou sont en passe de le devenir, avec les espaces à caractère naturels existants ou à créer avec Est Ensemble, Paris ou les Hauts de Seine.

Une approche sociale de la nature en ville

L’approche sociale montre la relation de forte proximité des habitants avec les espaces verts. Cette relation des habitants aux espaces de nature s’analyse à travers cinq grandes catégories de sociotopes (espaces classés selon l'usage, la perception, la signification qu'en ont les usagers).

Ainsi par exemple le parc G. Valbon apparait comme « espace insulaire » emblématique mais peu approprié. Le Canal St Denis est un « espace de circulation », le parc de la Légion d’Honneur un « espace de séjour » où l’on va pique-niquer et se détendre un moment. Puis viennent de nombreux espaces que l’on ne fréquente que quelques minutes, les « espaces de dépendances ». Les bords de Seine sont peu fréquentés et il nous revient d’y favoriser des lieux de détente et de loisirs ainsi que les déplacements actifs autour d’un paysage de l’eau.

Une approche paysagère

L’approche paysagère distingue trois domaines identifiants l’organisation de la végétation des espaces publics et privés:

  • le domaine de la Seine Confluence est constitué d’un corridor aquatique majeur sur lequel s’accrochent en des espaces à caractère naturel, notamment à Epinay-sur-Seine, avec les parcs des berges de Seine
  • le domaine des grands parcs et jardins qui couvre la partie nord de Plaine Commune et où les continuités écologiques sont bien représentées grâce à la forte densité d’espaces à caractère naturel de taille et de type variées (jardin, parcs,..)
  • le domaine de la ville mosaïque au Sud de Plaine Commune avec, en dehors des infrastructures ferroviaires, une intensité urbaine qui ne laisse subsister que des espaces à caractère naturel qui sont petits, isolés et morcelés.

Mise en œuvre de la trame verte et bleue : une ambition forte au regard des dynamiques urbaines.

La nature au cœur des politiques publiques

L’objectif majeur pour Plaine Commune est d’intégrer la trame verte et bleue dans toutes ses politiques publiques, ainsi que dans ses projets. L’étude menée distingue cinq objectifs de maintien et de renforcement de la trame verte et bleue de Plaine Commune :

  • préserver les noyaux primaires et secondaires de biodiversité. Ces espaces à caractère naturel jouent un rôle primordial dans la trame verte et bleue et il est nécessaire de maintenir leurs fonctions d’accueil de la biodiversité en préservant leur surface et un milieu favorable par une gestion appropriée. (Cf. carte des noyaux de biodiversité primaires et secondaires)
  • conserver et améliorer les corridors fonctionnels et peu fonctionnels en menant un travail fin sur tous ces petits espaces à caractères naturels qui permettent le lien entre les noyaux de biodiversité
  • faire vivre la trame bleue autour de la Seine, du Canal Saint-Denis, en ouvrant les anciens rus des Arras et de la Vieille Mer et en créant des zones humides
  • assurer disponibilité et proximité des espaces de nature aux habitants permettant des usages variés et qui répondent aux attentes
  • maintenir et diversifier les habitats favorables aux espèces locales en développant une gestion adaptée des espaces à caractère naturel publics et privés.

Un parc et une réserve naturelle

La mise en œuvre de ces objectifs mobilise un grand nombre de compétences (foncier, aménagement, planification et renouvellement urbain, conception et gestion des espaces publics, eau et assainissement), d’outils règlementaires et fonciers (SCOT, PLUI et PLU), et de documents cadres comme le Référentiel d'(a)ménagement soutenable, le Guide des espaces publics, le Schéma directeur des espaces publics et des déplacements, le Plan marche

Elle passe notamment par la réalisation de deux projets majeurs : la création d’un parc d’au moins trois hectares au sud de Plaine Commune sur le secteur de la Plaine Saint-Denis et la création d’une réserve naturelle sur les berges d’Epinay.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

twitter facebook google + addthis envoyer par mail

En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer le fonctionnement de notre site.
Pour en savoir plus, cliquez ici.