Carte blanche

Fermerfermer

Carte blanche | art | mercredi 19 février 2014

Akatre, matière vivante

La rubrique Carte blanche invite régulièrement des artistes présents sur le territoire à présenter une de leurs œuvres. Après Grand Corps Malade lors de la dernière édition, c'est sur le collectif Akatre que nous nous penchons cette fois. Basé à Saint-Ouen, Akatre est un trio fondé en 2007. Il travaille principalement autour de l'identité visuelle dans l'art, le culturel, la musique, la mode et le luxe. [En savoir plus]

Akatre crée de véritables univers ne manquant pas d'humour ou de malice, en détournant les objets du quotidien de leur fonction première pour en exploiter les qualités plastiques ou en jouant sur des sculptures dans lesquelles le corps devient le terrain de jeu de transformations multiformes.

Un travail reconnu

Leurs travaux de design et de photographie ont été exposés lors d'expositions collectives et personnelles comme au Bon Marché - Rive Gauche, au Palais des Arts de Marseille, à Chaumont pour le Festival international de l'affiche, à la Wanted Gallery, à Rennes pour "Libre Art Bitre", et à Saint-Ouen pour une rétrospective appelée "Atroa" des objets graphiques réalisés pour des commanditaires de l'art, du culturel, de la presse et du luxe. Akatre a également été exposé à la Gaîté lyrique, pour l'ouverture du lieu et pour la Nuit Blanche 2013, pour leurs vidéos illustrant les musiciens Para One & Tacteel.

Un trio qui s'exporte


Leurs installations artistiques, elles, ont été présentées à la Fondation Vasarely et à Lizières ("X100", "X400", "X500" pour l'exposition collective "Nature(s)"), au Museum of Destiny (Los Angeles) et c'est à Mains d'Œuvres en 2012, qu'ils présentent une création in situ visuelle et sonore grandiose appellée "Entre chiens et loups". Le trio expose en ce moment à Breda pour le Museum of Image. Plus près de nous, Akatre proposera le 16 mai une signalétique éphémère sur les bâtiments de la place du 8 mai 45 à Saint-Ouen, dans le cadre de la...


> Lire la suite

Kornflakes

Memo - Kornflakes from Akatre on Vimeo.

Les Cubes (création numérique, 2014)

Une évocation de l’Atelier, bientôt mis en place par Plaine Commune : un lieu d’expression et d’expérimentation pour dessiner ensemble la ville de demain.

 Vous êtes ici :

Nos actions

twitter facebook google + addthis envoyer par mail
Imprimer la pageConvertir au format pdf (ouverture dans une nouvelle fenêtre)

Mobilité

Les infrastructures de transport font l’ossature de la ville. Depuis 1998 le territoire communautaire vit des changements profonds en la matière : RER sur la Plaine, métro ligne 12 prolongée, trois tramways, tangentilelle SNCF Nord, etc. Les projets du Grand Paris vont renforcer cette desserte, facilitant la mobilité, qui ne se résume pas aux grandes lignes de transport mais irrigue la ville avec une dimension essentielle de développement durable. Plaine Commune soutient également les circulations douces à travers le Plan vélo mis en œuvre depuis 2010.

© DR

La compétence

La mobilité, et notamment les transports, sont au cœur du développement du territoire, lui-même pôle majeur de la construction du Grand Paris.

La compétence mobilité encadre une réflexion globale, menée dans une large perspective d'avenir, sur :

  • les usages en matière de déplacements (davantage que les moyens de transports),
  • les modes de déplacements en tant que " bouquet ", l'intermodalité et la complémentarité des moyens de déplacement,
  • les enjeux environnementaux et sociétaux inhérents à la notion de mobilité.

Les domaines de compétence en matière de mobilité se distinguent de ceux dépendant de la voirie et des déplacements, liés à une intervention sur l'espace public.

La politique communautaire

La politique communautaire de mobilité est articulée autour de trois grands axes :

  • Définition et mise en œuvre des orientations stratégiques de la politique de mobilité durable.
  • Développement d'une offre de transports collectifs, en adéquation avec l'évolution du territoire ; suivi des projets de modernisation de l'existant.
  • Vigilance sur la qualité de l'offre de service du réseau local.

 

Afin d'animer la politique communautaire de mobilité durable, de multiples partenariats complètent ces trois volets, en lien avec d'autres services de Plaine Commune : voirie et déplacements, écologie urbaine, développement économique, développement urbain et social.

 

La politique communautaire assure l'interface entre Plaine Commune et l'ensemble des acteurs du secteur : STIF (Syndicat des transports d'Île-de-France), l'autorité régionale organisatrice des transports, opérateurs de transports : RATP/SNCF, communes membres de la communauté d'agglomération, Département et Région, usagers et associations.

 

A partir de 2005 Plaine Commune a élaboré le Plan local de déplacements (PLD) adopté en 2008.

Ce document de planification à court, moyen et long terme (2023) a deux objectifs : mieux organiser transports, circulation et stationnement sur le territoire et mieux le desservir durablement.

Il vise plus précisément à :

  • Faciliter les circulations douces, piétons, cyclistes.
  • Favoriser le développement des transports collectifs.
  • Traiter les difficultés de stationnement.
  • Réduire les nuisances.
  • Organiser le transport des marchandises.

Gros plan sur des actions de la communauté d'agglomération en matière de mobilité :

  • Création d'une association de soutien au prolongement du T8 jusqu'à Paris.
  • Démarche auprès du STIF pour relancer les études de restructuration du pôle gare de Saint-Denis
  • Lancement des travaux d'étude de faisabilité d'une ZAPA (Zone d'action
    prioritaire pour l'air
    ) en copilotage avec la délégation à l'écologie urbaine.
  • Contribution au projet d'élaboration du schéma de restructuration bus,
    horizon : mise en service des tramways T5 - T8 et Tangentielle nord (TLN)
  • Démarche auprès du STIF pour relancer les études d'une liaison fluviale La Défense-Saint-Denis.
  • Mise sur pied d'un plan vélo

Le PLD s'inscrit dans le Plan de déplacements urbains d'Île-de-France (PDUIF), dont les grands objectifs visent la réduction de l'impact des transports sur l'environnement :

  • Diminution du trafic automobile 5%
  • Augmentation de l'usage des transports collectifs ; et des déplacements à vélo
  • Doublement du transport des marchandises par voie fluviale et ferrée

Le Plan Vélo

S’inscrivant dans la dynamique de son PLD (Plan Local des Déplacements) et de son PCET (Plan Climat Energie Territorial), Plaine Commune a conçu un « Plan vélo »  pour que ce mode transport devienne un choix privilégié pour les habitants, écoliers et salariés du territoire dans leurs déplacements du quotidien. Pour cela, le « Plan vélo » a pour but de réaliser un réseau d’itinéraires cyclables à l’échelle du territoire, en favorisant les connexions entre les différentes villes et les principales zones d’activités (professionnelles, éducatives, commerciales, culturelles …). Le plan comprend en outre une politique globale de prise en compte des besoins des cyclistes en matière de stationnement, de services et d’information.

Le futur réseau cyclable

Pensé à la façon du réseau routier, le futur réseau cyclable du territoire est organisé en trois niveaux. Tout d’abord, le réseau principal, élaboré à l’échelle du territoire. Il s’étend sur plus de 90 kilomètres. Celui-ci relie les centre-villes de chaque ville et connecte les gares, les pôles d’échange et les services publics communautaires. Il sera également relié aux réseaux hors agglomération. Le réseau secondaire se construit à l’échelle des villes en reliant les pôles structurant de chaque commune et en complétant le maillage du réseau principal. Sur l’ensemble des villes, il représente près de 110 kilomètres.  Enfin, le réseau tertiaire s’élabore à la dimension des quartiers. Il facilite les échanges entre les différents équipements et les services de proximité. 

 

Les différents aménagements cyclables

Sur les trois niveaux du réseau cyclable, différents types d’aménagements sont prévus pour faciliter les déplacements à vélo et rendre les cyclistes visibles sur l’espace public. 

La piste cyclable constitue un espace protégé exclusivement réservé aux vélos. Elle est physiquement séparée de la chaussée, mais également des cheminements piétons. Ce type d’aménagement important est mis en œuvre sur les itinéraires où le trafic et les vitesses sont élevées.

La bande cyclable se matérialise quant à elle par une ligne de peinture continue qui rend les cyclistes visibles par les autres usagers de la route. Celle-ci est préconisée sur les chaussées qui supportent un trafic compris entre 3 000 et 7 000 véhicules par jour.

Les couloirs mixtes bus – vélo : Ces couloirs séparés de la chaussée par un marquage au sol ou un séparateur. Utilisés par les bus, la circulation des vélos y est autorisée.

Les chiffres clés

1,2 millions/j déplacements sur le territoire

50% foyers n’ayant pas de voiture

300 000/j personnes empruntant les transports en commun

850 000/j véhicules sillonnant le territoire

90% pourcentage de livraisons se faisant par la route

Les agents

Une équipe de moins de cinq personnes travaille à la Délégation générale à la mobilité.
La délégation est née en 2010 d'une volonté politique de faire évoluer la Direction des transports, afin de répondre de manière plus globale et prospective aux enjeux de la mobilité durable, qui ne peut être réduite aux seuls transports.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

twitter facebook google + addthis envoyer par mail