Carte blanche

Fermerfermer

 Vous êtes ici :

Actualités

twitter facebook google + addthis envoyer par mail
Imprimer la page

Paris 2024

Publié le 13 septembre 2017

Chroniques de Lima

Au Pérou, c'est le jour J

Patrick Braouezec et Teddy Riner attendent le verdict du CIO

© DR.

Le 13 septembre, le Comité international Olympique annoncera le nom de la candidature retenue pour organiser les Jeux Olympiques 2024. A quelques jours du dévoilement tant attendu, la journaliste Sophie Greuil, nous parle de l’ambiance autour de la délégation française au cœur de l’événement. En direct de Lima !

"L’élection à venir projette déjà le Président de Plaine Commune dans une mission «à grandes responsabilités où les sept ans à venir devront montrer une adhésion populaire nationale…». En attendant, il voudra effacer un très mauvais souvenir…

Au fond de lui, comme nos judokas parisiens, Teddy Riner et David Douillet, Patrick Braouezec ressent encore douloureusement le 06 juillet 2005 : «Quand à Singapour, Paris a perdu les Jeux contre Londres. Au moment d’entrée dans la salle pour notre oral de passage, les Français étaient fringants. Les Anglais, très réservés, flegmatiques. Alors, j’ai vu la tête de Jean-Claude Killy, membre du CIO : j’ai compris que nous étions battus. Cette défaite, cette énorme déception, tout le monde l’a gardée en tête bien longtemps…et, chez certains, elle est encore bien présente…».

Mais, aujourd’hui, l’heure est venue de voir «Plaine Commune» rentrer dans l’histoire : «Même sans ce suspens, voir cette émotion envahir tout le monde va être un grand moment», reconnaît notre Président depuis 2005.

Même si cette défaite est encore effectivement bien présente chez nos judokas, même s’ils attendent la ligne d’arrivée d’une victoire à main levée pour lever les mains, ils revivent. D’ores et déjà, David Douillet imagine ces XXXlllèmes Jeux Olympiques «comme inoubliables». Du 02 au 18 août 2024, Teddy Riner les annonce «comme les Jeux des athlètes, organisés par des athlètes pour des athlètes, valides et handicapés à l’unisson».

Avant d’entrer à 10h15, dans cette fameuse salle d’oral de passage aux côtés du syndicaliste Bernard Thibault ancienne âme de Stains, Patrick Braouezec (66 ans), marathonien à ses heures, voit ce dernier sprint «comme la marque fabuleuse du renouveau du sport français. Il y a vingt ans, les athlètes portant aujourd’hui la candidature, lui ont permis enfin de briller dans de nombreuses disciplines. Voir ainsi cette génération réussir, maintenant, à nous décrocher ces Jeux est une vraie victoire pour le sport olympique…»."

A Lima, Sophie Greuil

<- Retour à la liste des actualités

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

twitter facebook google + addthis envoyer par mail

AUTRES ACTUS

En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer le fonctionnement de notre site.
Pour en savoir plus, cliquez ici.